Apprivoiser le stress et les émotions par la méditation

« Si vous sentez en vous de l’irritation, de la dépression, du désespoir, reconnaissez leur présence et pratiquez ce mantra :

« Chéri, je suis là pour toi. »

Vous vous adressez à la dépression, ou à la colère comme à votre tendre bébé, vous l’embrassez tendrement, avec l’énergie de la pleine conscience, et répétez :

« Chéri, je sais que tu es là, je vais prendre soin de toi »,

comme quand vous prenez soin de votre bébé qui pleure.

Il n’y a pas de discrimination, pas de dualité, parce que la compassion, l’amour, c’est vous. Mais la colère aussi est vous ; tous les trois sont de nature organique. N’ayez pas peur, vous pouvez la transformer. Dans la pratique de la méditation, on ne se transforme pas en champ de bataille, le bien combattant le mal.

Le bien doit prendre soin du mal comme un grand frère prend soin de son petit frère, comme une grande soeur prend soin de sa petite soeur, avec beaucoup de tendresse, dans un esprit de non-dualité. Et sachant cela, il y a déjà beaucoup de paix en vous. La lutte est inutile, il n’y a pas besoin d’elle. C’est la vision de la non-dualité des choses qui arrêtera la guerre en vous. Peut-être avez-vous lutté, luttez-vous encore, mais cela est-il nécessaire ? Non, la lutte est inutile, arrêtez de lutter. »

 

 Extrait du livre « Toucher la vie » de Thich Nhat Hanh