Apprivoiser le stress et les émotions par la méditation

Image Thich Nhat Hanh
Thich Nhat Hanh

 

Image Kabat Zinn
Jon Kabat Zinn

La méditation de pleine conscience est la forme de méditation la plus pratiquée en Occident.

Ce terme a été utilisé dès les années 1960 par le moine zen vietnamien Thich Nhat Hanh. Ce dernier l’a introduit en Occident en 1982, en fondant un centre de pratique dans le Sud Ouest de la France, le Village des Pruniers. Son action, son courage, l’amour qu’il porte à son peuple ont conduit Martin Luther King à soutenir sa candidature pour le prix Nobel de la paix en 1967.

Ce terme a été repris par Jon Kabat Zinn titulaire d’un doctorat en biologie moléculaire et enseignant de méditation. Il a rendu accessible au monde occidental ces attitudes de sagesse en élaborant un programme appelé MBSR (Mindfulness-based stress reduction) de réduction du stress basée sur la pleine conscience. Il a fondé et dirigé la Clinique de Réduction du Stress au Centre Médical de l’Université de Massachusetts. Il est professeur émérite à la Faculté de médecine de l’Université du Massachussetts.

Vivre en pleine conscience est un chemin simple ! Il s’agit d’être présent à la réalité telle qu’elle se présente à cet instant, sans rien ajouter, sans rien chercher d’autre. Etre totalement là, à ce que je suis.

Mais simple ne veut pas dire que ce soit facile ! Nous sommes souvent propulsés hors de nous mêmes par un environnement surchargé d’information, d’évènements, d’obligations, de sollicitations, de bruits… Nous sommes dans un monde tellement connecté à toutes sortes d’écran que nous avons perdu la connexion à nous-mêmes. Nous vivons soit dans le passé (nostalgie, regret…) soit dans le futur (anticipation, projets…) et rarement dans le moment présent, le seul qui existe vraiment ! La pleine conscience permet de passer du mode FAIRE, où nous essayons de soumettre le monde à nos attentes, au mode ETRE ; ne sommes nous pas des Etres Humains plutôt que des Faire Humains ?

La pratique est un entraînement de l’esprit qui nous permet de ne pas nous laisser emporter par nos conditionnements (à savoir nos habitudes de pensées, nos mémoires émotionnelles et sensorielles) et de développer une aptitude à être en relation différente avec l’expérience vécue. Elle permet ainsi d’accéder à des ressources intérieures de croissance et de guérison afin de faire face aux évènements quels qu’ils soient (douleurs, stress, pertes…) avec plus de stabilité, de créativité et de clarté d’esprit. La Pleine Conscience nous invite à apprendre comment s’établir en nous-mêmes, dans nos propres ressources internes, en contact avec notre capacité naturelle à tendre vers une meilleure santé, libre de toute anxiété et l’esprit paisible.

Ainsi, en s’ancrant dans l’instant présent, nous créons un espace intérieur plus ample en devenant simplement observateur. Les pensées sont vues comme des créations de notre esprit ici et maintenant indépendamment de leur contenu et de leur charge émotionnelle.

Etre dans le moment présent est libérateur parce que s’accrocher aux choses nous fait souffrir. Nous avons une tendance innée à essayer de retenir ce qui est agréable et de repousser ce qui est désagréable alors que la pleine conscience nous invite à accueillir et « surfer avec les vagues »… En nous permettant de répondre au lieu de réagir par automatisme ou conditionnement, la pleine conscience nous propose un chemin de liberté en nous rendant plus libre de nos choix, de nos paroles, de nos pensées, de nos actions et nous permet de vivre notre vie de la plus belle manière possible…

Vivre l’instant présent n’est jamais véritablement acquis ! La pleine conscience, même si c’est une qualité innée de l’esprit, doit être affûtée et se cultive intentionnellement par les pratiques de méditation. Elle demande une certaine discipline et s’inscrit dans un véritable un art de vivre au quotidien !

Elle invite à une PRESENCE à soi, aux autres et au monde.

 

Petite vidéo : Qu’est ce que la pleine conscience ?