Apprivoiser le stress et les émotions par la méditation

«  Et si la terre nous aimait plus que nous ne l’aimions ? Et si ce que nous appelons, avec un aveuglement misérable, notre environnement, toute cette vie qui est là, partout, n’espérait de nous qu’un signe pour que commence enfin non pas l’apocalypse redouté mais une inimaginable fête de retrouvailles ? » Henri Gougaud

Bien que n’importe quel type de nature peut améliorer notre santé et notre bonheur, il y a quelque chose de spécial à être dans une forêt.

Le « désordre de déficit de la nature » est une affliction moderne. Avec plus de personnes vivants dans les villes, travaillant dans des immeubles de bureaux de grande hauteur, devenant accro à leurs innombrables appareils électroniques… beaucoup d’entre nous ont en effet l’expérience d’un déficit de la nature. C’est vrai pour les enfants comme pour les adultes.

Dans son nouveau livre, Forest Bathing: How Trees Can Help You Find Health and Happiness, le médecin et chercheur japonais Qing Li présente quelques statistiques déconcertantes : d’ici 2050, selon la Division de la population des Nations Unies, les trois quart de la population mondiale vivront dans les villes. Même aujourd’hui, l’Américain moyen passe 93 % du temps à l’intérieur, et une dizaine d’heures par jour sur les médias sociaux, plus qu’ils ne passent à dormir.

Au Japon, il y a assez de sensibilisation à ce déficit pour que Li dirige qui une organisation appelée The Japanese Society of Forest Medicine, promeut la recherche sur les effets thérapeutiques des forêts sur la santé humaine et éduque les gens sur la pratique des bains de forêt. Son livre, explore la recherche sur ces avantages, tout en offrant un certain nombre de techniques que nous pouvons utiliser pour les améliorer.

« Certaines personnes étudient les forêts. Certaines personnes étudient la médecine. J’étudie la médecine forestière pour découvrir toutes les façons dont la marche dans la forêt peut améliorer notre bien-être », écrit Li.

L’histoire des bains de forêt

Le Japon est un pays à la fois urbanisé et fortement boisé. Les arbres couvrent les deux tiers de la masse continentale de l’île, et pourtant la majorité de la population japonaise vit dans des conditions urbaines surpeuplées. Li lui-même vit à Tokyo, une ville qu’il décrit comme « la ville la plus peuplée du monde ». C’est peut-être pourquoi l’art des « bains de forêt » —Shinrin-Yoku— a commencé là- bas.

Le bain de forêt consiste à marcher lentement à travers une forêt, à prendre l’atmosphère à travers tous les sens, et profiter des avantages qui viennent d’une telle excursion.

En 1982, le Japon a lancé un programme national pour encourager les bains de forêt, et en 2004, une étude formelle du lien entre les forêts et la santé humaine a commencé à Iiyama, au Japon, un endroit particulièrement connu pour ses forêts luxuriantes et vertes.

Aujourd’hui, chaque année, plus de 2,5 millions de personnes parcourent ces sentiers forestiers pour soulager le stress et améliorer la santé.

L’intérêt de Li pour la recherche forestière a commencé quand il était un étudiant en médecine stressé. Il est parti pour une semaine en camping en forêt, et a trouvé qu’il a restauré sa santé physique et émotionnelle. Cela l’a incité à commencer à faire des recherches sur les bienfaits des forêts sur la santé et le bien-être des humains. En 2004, il a aidé à fonder le Forest Therapy Study Group, qui visait à découvrir pourquoi être parmi les arbres nous fait nous sentir tellement mieux.

Le pouvoir de guérison de la forêt

Après des années d’étude minutieuse, Li a constaté que passer du temps dans une forêt peut réduire le stress, l’anxiété, la dépression et la colère, renforcer le système immunitaire, améliorer la santé cardiovasculaire et métabolique; et stimuler le bien-être général.

« Partout où il y a des arbres, nous sommes en meilleure santé et plus heureux », écrit Li. Et, ajoute-t-il, il ne s’agit pas d’exercice, comme la randonnée ou le jogging, il s’agit simplement d’être dans la nature.

Pourquoi est ce ainsi ? Il est reconnu depuis longtemps que les humains ont un besoin biologique de se connecter avec la nature. Il y a une vingtaine d’années, le biologiste américain E. O. Wilson a noté que les humains sont « câblés » pour se connecter au monde naturel, et que le fait d’être dans la nature a eu un effet profondément positif sur la santé humaine.

Les recherches de Li semblent corroborer cela. Par exemple, l’une de ses études a examiné si le bain de forêt pouvait améliorer les habitudes de sommeil chez les employés de bureau d’âge moyen de Tokyo qui avaient tendance à souffrir d’insuffisance de sommeil en raison de niveaux élevés de stress. Au cours de l’étude, les participants ont marché le même temps dans une forêt que le temps qu’ils faisaient habituellement dans un milieu non forestier un jour de travail normal. Après une promenade dans la forêt, les participants étaient beaucoup moins anxieux, dormaient mieux et dormaient plus longtemps.

De plus, les chercheurs ont constaté que les promenades de l’après-midi étaient encore plus bénéfiques que les promenades matinales.

« Vous dormez mieux lorsque vous passez du temps dans une forêt, même lorsque vous n’augmentez pas la quantité d’activité physique que vous faites », a déclaré Li.

Pour évaluer davantage les effets du temps passé dans une forêt, Li a mesuré les humeurs des personnes avant et après la marche dans les bois ou dans un environnement urbain. Alors que d’autres études ont montré que marcher n’importe où à l’extérieur réduit la dépression, l’anxiété et la colère, Li a constaté que seule l’expérience de la marche dans une forêt a amélioré la vigueur des gens et réduit la fatigue.

Les secrets de santé des arbres semblent se trouver dans deux choses – la concentration plus élevée d’oxygène qui existe dans une forêt, par rapport à un cadre urbain, et la présence de produits chimiques végétaux appelés phytoncides – huiles naturelles qui font partie du système de défense d’une plante contre les bactéries, les insectes et les champignons. L’exposition à ces substances, dit Li, peut avoir des avantages mesurables pour la santé des humains. Le stress physiologique est réduit,par exemple, et la pression artérielle et la fréquence cardiaque sont abaissées. Les « evergreens » — pin, cèdre, épinette et conifères — sont les plus grands producteurs de phytoncides, de sorte que marcher dans une forêt à feuilles persistantes semble avoir les plus grands avantages pour la santé.

Comment faire un bain de forêt ?

Alors, y a-t-il un art spécifique aux bains de forêt ? Ou est-ce aussi facile qu’une promenade dans les bois ? Se connecter à la nature est simple, écrit Li. « Oui ce que nous avons à faire est d’accepter l’invitation. Mère Nature fait le reste. »

Voici quelques-unes de ses mesures suggérées.

Trouvez un endroit. Selon l’endroit où vous êtes, trouver une bonne source de la nature. On n’a pas besoin de voyager profondément dans une forêt pour ces avantages. Il suffit de chercher n’importe quel espace vert. Il pourrait s’agir d’un parc urbain, d’une réserve naturelle ou d’un sentier à travers les bois de banlieue. Les forêts avec des conifères sont considérées comme particulièrement bénéfiques.

« Laissez votre corps être votre guide. Écoutez où il veut vous emmener », dit Li. Certaines personnes répondront aux clairières ensoleillées, d’autres à des endroits plus ombragés. Écoutez votre propre sagesse. Pour les personnes qui n’ont pas accès à une forêt, ou ne peuvent pas sortir pour une raison quelconque, infuser des huiles essentielles d’arbres dans votre maison peut fournir des avantages, aussi.

Engagez tous vos sens. « Laissez la nature entrer par les oreilles, les yeux, le nez, la bouche, les mains et les pieds », dit Li. Écouter, sentir, toucher et regarder activement. « Buvez dans la saveur de la forêt et relâchez votre sentiment de joie et de calme. »

Ne vous dépêchez pas. La marche lente est recommandée pour les débutants. Et c’est bon de passer autant de temps que possible. Vous remarquerez des effets positifs après vingt minutes, dit Li, mais une visite plus longue, idéalement quatre heures, est mieux.

Essayez différentes activités. Essayez de faire du yoga dans les bois, ou du tai chi, ou de la méditation. Pique-niquez. Écrivez un poème. Étudiez les plantes. Vous pouvez vous aventurer seul, ou avec un compagnon. Au Japon, des thérapeutes de la marche forestière sont même disponibles.

Appréciez le silence. L’un des inconvénients de la vie urbaine est le bruit constant. Si vous avez de la chance, vous trouverez une zone boisée qui est exempte de son produit par l’homme. Le silence est réparateur, et une forêt peut avoir son propre son de guérison : des feuilles bruissantes, un filet d’eau, des chants d’oiseaux. Passez quelques moments tranquilles avec un arbre préféré. Quand nous nous connectons avec la nature, nous nous rappellons que nous faisons partie d’un ensemble plus large. Et cela, note Li, peut nous amener à être moins égoïstes et à penser davantage aux autres.

Le livre de Li, qui comprend des illustrations et une carte de « 40 belles forêts à travers le monde », est une invitation et une source d’inspiration pour faire une promenade dans les bois, où que vous soyez.

Karin Evans, Mindful Magasin, 10/09/18

Cet article a été adapté de Greater Good, le magazine en ligne de l’UC Berkeley’s Greater Good Science Center, l’un des partenaires de Mindful.