Apprivoiser le stress et les émotions par la méditation

Bon jour à tous,

Cette lettre semble s’inviter d’elle-même en début de semaine… Je la suis…

De nouveau toutes mes pensées vont vers les personnes qui vivent difficilement le confinement que ce soit par un espace réduit, des émotions fortes, un éloignement des proches, une maladie, un travail…

Cette période de confinement nous invite à descendre un peu plus en nous mêmes et à faire face à nos peurs, colères, amertume… La pratique de la méditation nous aide à les transformer avec une lucidité qui ne cède pas au désespoir…Parfois un simple retour à la respiration nous permet de nous rendre compte que nous sommes bien plus grand que notre peur. Nous sommes nombreux à apprécier ce tout nouveau silence qui règne à l’extérieur, les chants des oiseaux, les sourires aux passants ou voisins, les actes nombreux de solidarité… à savourer le temps et son ralentissement…

Depuis trois semaines, je poursuis les groupes MBSR par l’application Zoom et je suis stupéfaite de cette nouvelle technologie… Nous sommes séparés mais ensemble… avec cette impression d’être inter connectés. Voici un témoignage de Michèle :« Après la 4ème séance de méditation en visio conférence, j’attends avec impatience la prochaine séance. Quant au bonheur de retrouver tous les participants et d’échanger avec eux est réel. Même derrière un écran, un lien chaleureux s’est créé entre nous. Vivre cette nouvelle forme de formation nous relie d’autant plus, je crois. Mon enthousiasme est tel que j’envisage d’installer Skype sur mon ordinateur pour communiquer avec mes amis et parents. En cette période de confinement, cette expérience est, pour moi, une réelle bénédiction »

Vous êtes nombreux à vous être inscrits à l’atelier de soutien offert Mercredi à 18h et je me réjouis de vous retrouver ; heureuse aussi de proposer des outils, et un art de vivre précieux en ces temps, aux personnes nouvelles dans la pratique. Il est encore possible de s’inscrire, par l’envoi d’un maiL

Jon Kabat Zinn, créateur des programmes MBSR, nous a offert un superbe cadeau avec une rencontre chaque soir à 20h la semaine dernière, il recommence cette semaine. Nous sommes des milliers à travers la planète à savourer ces moments

Thich Nhat Hanh nous racontait que pendant la guerre du Vietnam, lorsque les boat people étaient entassés dans des barques, si une seule personne paniquait, l’ensemble chavirait. Mais il suffisait que l’une d’elle reste stable, pour qu’elle montre à tout le monde comment survivre.

Ainsi il me semble qu’actuellement nous avons un effort à faire pour rester dans notre stabilité, rayonner la lumière plutôt que l’obscurité. En étant paisible, compatissant, nous pouvons devenir un réconfort pour ceux qui sont dans la détresse. La compassion permet d’éliminer l’obscurité de la douleur produite par la tristesse et l’inquiétude,

Jack Kornfield, enseignant bouddhiste américain qui écrit de nombreux livres, vient d’écrire un article, gentiment traduit par une collègue. « Il nous est maintenant demandé à chacun de tenir une certaine mesure de la tragédie du monde et de répondre avec amour. » (voir ci dessous)

Gardons vive la flamme de l’espérance !

Soyons libre là où nous sommes !

de tout cœur !

Marie Pierre


LA REPONSE DU BODDHISATVA AU CORONAVIRUS – Jack KORNFIELD

Nous avons le choix !

Les épidémies, comme les tremblements de terre, les tornades et les inondations, font partie du cycle de vie sur la planète Terre. Comment allons-nous réagir ? Avec avidité, haine, peur et ignorance ? Cela n’apporte que plus de souffrance. Ou avec générosité, clarté, constance et amour ?

C’est le moment de l’amour. Il est temps pour les bodhisattvas. Dans les enseignements bouddhistes, le Bodhisattva est quelqu’un qui jure de soulager la souffrance et apporte des bénédictions en toutes circonstances. Un Bodhisattva choisit de vivre avec dignité et courage et dégage de la compassion pour tous, peu importe où ils se trouvent. Ce n’est pas une métaphore. En tant que Bodhisattva, il nous est maintenant demandé de tenir une certaine mesure de la tragédie du monde et de répondre avec amour. Le chemin du Bodhisattva est devant nous. La belle chose est que nous pouvons voir des bodhisattvas tout autour. Nous les voyons chanter de leur balcon à ceux qui sont enfermés à l’intérieur. Nous les voyons chez de jeunes voisins qui s’occupent des aînés à proximité, chez nos braves travailleurs de la santé et ceux qui ne sont pas annoncés qui stockent les étagères de nos épiceries.

En tant que père, si elle m’appelait, je volerais jusqu’au bout du monde pour aider et protéger ma fille. Maintenant, elle et son mari pompier/ambulancier et mon petit-fils enfant attendent le virus. Son service d’incendie urbain, comme de nombreux hôpitaux et premiers intervenants, n’a pas de masque. Quatre-vingt pour cent de leur travail sont des appels médicaux d’urgence et ils s’attendent tous à contracter le virus. Ils ne seront pas testés, car le ministère ne peut pas se permettre de perdre l’aide d’un trop grand nombre de leurs pompiers. Que puis-je faire ? Que pouvons-nous faire ?

Dans cette période, nous pouvons nous asseoir tranquillement, prendre une profonde respiration et reconnaître notre peur et notre appréhension, notre incertitude et notre impuissance… et garder tous ces sentiments avec un cœur compatissant. Nous pouvons dire à nos sentiments et à notre incertitude : « Merci d’avoir essayé de me protéger » et « Je vais bien pour l’instant». Nous pouvons mettre nos craintes sur les genoux de Bouddha, Mère Marie, Quan Yin, les placer dans le cœur des générations de courageux médecins et scientifiques qui ont soigné le monde dans les anciennes épidémies. Quand nous le faisons, nous pouvons nous sentir faire partie de quelque chose de plus grand, de générations de survivants dans la vaste toile de l’histoire et de la vie, «transportés» comme disent les anciens Ojibwa, « par de grands vents à travers le ciel ».

C’est une période de mystère et d’incertitude. Respirez. Les voiles de séparation se séparent et la réalité de l’interconnexion est évidente pour tout le monde sur terre. Nous avons eu besoin de cette pause, peut-être même eu besoin de notre isolement pour voir combien nous avons besoin les uns des autres. Il est maintenant temps d’ajouter notre part.

Le Bodhisattva se tourne délibérément vers la souffrance pour servir et aider ceux qui l’entourent de toutes les manières possibles. C’est le test que nous attendions. Nous savons comment procéder. Il est temps de renouveler votre vœu.

Asseyez-vous tranquillement et demandez à votre cœur : quelle est ma meilleure intention, ma plus noble aspiration pour cette période difficile ? Votre cœur répondra.

Laissez ce vœu devenir votre « Etoile du Nord ». Chaque fois que vous vous sentez perdu, souvenez-vous et cela vous rappellera ce qui compte. Il est temps d’être le médicament, la musique édifiante, la lampe dans l’obscurité.

Éclatez d’amour. Soyez porteur d’espoir.

S’il y a des funérailles, envoyez-leur une chanson.

Faites confiance à votre dignité et à votre bonté.

Là où d’autres amassent…aidez.

Où les autres trompent…défendez la vérité.

Là où d’autres sont dépassés ou insouciants… soyez gentils et respectueux.

Lorsque vous vous inquiétez pour vos parents, vos enfants, vos bien-aimés, laissez votre cœur s’ouvrir pour partager les soins de chacun pour leurs parents, leurs enfants et leurs proches. C’est le grand cœur de la compassion. Le Bodhisattva dirige la compassion vers tout le monde : ceux qui souffrent et sont vulnérables et ceux qui causent de la souffrance.

Nous sommes dans le même bateau. Il est temps de repenser un nouveau monde, d’envisager de partager notre humanité commune, d’envisager comment nous pouvons vivre de la manière la plus profonde et la plus belle possible. Venant à travers cette difficulté, ce que nous avons l’intention de nourrir, nous pouvons le faire.

En fin de compte, rappelez-vous « qui vous êtes » est une conscience intemporelle, la conscience qui est née dans votre corps. Vous êtes né enfant de l’esprit, et même maintenant vous pouvez vous tourner vers la conscience et devenir la conscience aimante qui vous témoigne en train de lire, de ressentir et de réfléchir.

Quand un bébé est né, notre première réponse est l’amour. Lorsqu’un être cher meurt, la main que nous tenons est un geste d’amour.

L’amour et la conscience intemporels sont qui vous êtes.

Faites-lui confiance.

Cher Bodhisattva, le monde attend votre cœur compatissant.

Joignons-nous ensemble à cette grande tâche.